Afrique

Road trip au Sénégal, 8 visites incroyables !

Nous avons une semaine de vacance en février.. et nous cherchons un pays à découvrir non loin de la France!

Nous décidons alors rapidement de partir à la découverte du Sénégal, la terre du Téranga (de l’hospitalité). C’est effectivement à moins de 5h de Paris, avec une heure de décalage horaire seulement. De plus c’est la période sèche, donc un beau ciel ensoleillé est assuré ! C’est parfait pour se dépayser sur une semaine, sans subir la fatigue des longs voyages.

Pour un petit aperçu des paysages du Sénégal, je vous présente notre petite vidéo en cliquant ICI

Nous voilà donc partis à destination de  l’aéroport Blaise Pascal de Dakar (DSS) où nous sommes arrivés de nuit, comme la plupart des vols internationaux. Nos premiers pas dehors traduisent déjà nos premières négociations avec le taxi que nous avons payé 20.000 CFA (30€) pour se rendre à Toubab Dialaw. C’est la première étape de notre road trip. Les routes étant mauvaises, et les voitures n’étant pas meilleures, les détours qu’ils doivent emprunter pour rester sur des routes éclairées rallongent l’itinéraire, rendant les négociations moins faciles, le tarif de “nuit” également.

Toubab Dialaw

Toubab Dialaw est un petit village calme et tranquille situé en bord de mer. Ses rues de sables reflètent leurs jolies couleurs fauves, de ses petites falaises à sa grande plage. Les balades à pieds permettant de découvrir ce hameau sont d’autant plus agréable qu’il y a peu de véhicule motorisé. 

Nous avons cependant croisé beaucoup de jeunes enfants mendiant de la nourriture ou de l’argent. Un habitant local nous alors expliqué que ces enfants étaient envoyés loin de chez eux par leurs parents, afin d’apprendre le Coran chez un “maître”. Ils doivent alors tendre la main pour récolter et apporter de quoi cuisiner dans leur foyer d’accueil pour être initiés au coran le reste de la journée.

Nous avons dormis à l’hôtel Mimosa situé au cœur du village disposant de 12 chambres pour un tarif de 12200F CFA la nuit (soit 19euros). Le petit déjeuner est disponible sur place au prix de 2000F CFA /pers (environ 3€). Nous sommes partis dans la matinée pour pouvoir apprécier la belle réserve de Bandia.

La Réserve de Bandia

C’est une réserve protégée, créée il y a une vingtaine d’année. Les animaux évoluent librement dans 3500 hectares de brousse. Seulement un tier de la réserve est accessible au public, permettant de garder les deux tiers restants de la zone à l’écart de l’Homme! 27 guides travaillent dans la réserve et vous permettent de découvrir la beauté de la nature et celles des animaux dans leur milieu naturel. Nous avons eu la chance d’observer quasiment tous les animaux présents au sein du parc à l’exception des rhinocéros blanc et des chacals. Les bêtes semblent heureuses et détendues et les baobabs imposants !

Ce que vous pouvez voir ou apercevoir dans la réserve :

– des Girafes, (elles sont une vingtaine. On reconnait les mâles par leur robes plus foncés)
– des Buffles, (Ils étaient 6 à leur introduction dans la réserve ! ils sont à présent 60 ..)
– des Autruches, (deux couleurs les différencies : noir et blanc pour les mâles et grise pour les femelles)
– des Zèbres,
– des Impalas, (des antilopes)
– des Cobe de buffon
– des Eland du cap
– des Kudu
– des Koba
– des Oryx
– des Crocodiles
– des Roliers d’abissinie (un oiseau bleu magnifique)
– des Phacochères
– des Singes
– des Chacals (impossible à voir de jour)

Grâce à votre guide, vous apprenez notamment les bienfaits du jus de baobab, les habitudes des animaux, leur comportements, et bien plus  .. une découverte enrichissante et féérique !

Les tarifs :

L’entrée du parc coûte 12000 CFA par adulte (soit 18€) + le guide obligatoire à 6500 CFA (soit 9€).

Ensuite, deux options s’offrent à vous :

=> Soit vous pénétrez dans la réserve avec votre véhicule personnel (qui peut être un taxi) et vous payer 10000 CFA (soit 15€) supplémentaires.

=> Soit vous empruntez un 4×4 avec chauffeur présent sur place pour 40000 CFA (soit 60€)  ou un camion pour 60000 CFA (soit 91€). Ce prix peut être partagé avec le nombre de passager qui est financièrement intéressant si vous êtes déjà en groupe. C’est possible également de trouver d’autres personnes sur place prêtent à partager le 4×4 (ou camion) avec vous ! 

A la suite de ce beau safari, nous avons migré jusqu’au village de M’bour, là ou nous passons notre deuxième nuit.

M’Bour

Mbour est le deuxième plus grand port de pêche du Sénégal. Le retour des pêcheurs dans leurs belles pirogues colorées vaut le coup d’œil. Nous avons rejoins le “port” via le bord de plage en longeant des centaines de pirogues décorées et parquées sur le sable.

A partir de 17h, les poissons sont “descendus” des pirogues, écaillés, vidés, coupés, vendus, ou exportés par camion vers des centres de stérilisation pour l’Europe. C’est une vraie fourmilière qui s’organise autour des poissons fraîchement pêchés. C’est tout vos sens qui sont éveillés! 

Malheureusement nous avons été surpris et choqué par la pollution omniprésente sur la plage .. le sable est recouvert de tissus, plastiques, couches, et objet en tout genre .. On pensais pas que c’était aussi important!

Nous avons loué une chambre chez l’habitant (via airbnb). Une jolie maison les pieds dans le sable avec une vue imprenable sur la mer depuis leur terrasse en bois sur pilotis. Bordé par une grande plage propre, nous avons pu apprécier le bain des chèvres et des chevaux le dimanche après midi.

Mais aussi le spectacle des lutteurs et autres sportifs s’entraînant ardument jusqu’au couché du soleil. Ils pratiquent le sport national (la lutte), le foot, la course à pied avec une joie et une motivation certaine. Nous avons été impressionné par la volonté, la motivation et la persévérance des sportifs Sénégalais !

Nous avons déjeuné “chez Ely et Alain” (en face de l’hôpital) où tout est fait maison.

Par exemple, des brochettes de lotte, des crevettes ail et persil , ou du poulet braisé, à 3500 CFA soit 5€ le plat. Un vrai délice !

Pour le dîner nous avons testé le restaurant “chez Vero” recommandé par nos hôtes ! Ils servent des crevettes, des poissons et autres viandes pour 3000 FCFA (4,5€). A nouveau un régal pour les papilles.

Bon à savoir : vous pouvez changer vos euros dans les boutiques d’alimentations ou épiceries à un très bon taux.

Le lendemain nous avons décidé de passer la journée à la Somone grâce aux bouches à oreilles.

La Somone

La Somone est une commune voisine d’un joli lagon, repère d’une faune riche et sauvage. Ce lieux est préservé de la foule touristique en semaine.

La première “étape” de la journée se déroule “chez les femmes” (marché aux coquillages). C’est ici,  sous les arbres, que des tables en bois face à la lagune, vous acceuilent pour déguster des fruits de mer frais ou grillés, récoltés sous vos yeux. Une douzaine d’huîtres, des moules, et des oursins pour moins de 10€!

On se sent privilégié de savourer des mets précieux dans un tel décor et face à une si jolie vue.

De là, en continuant votre chemin sur votre droite, vous pouvez atteindre le petit sentier aménagé écologique de la lagune (1.2km). Vous permettant d’observer la faune et la flore depuis des observatoires perchés.

Nous sommes ensuite revenus sur vos pas et nous avons longé la lagune en direction de l’océan. Nous avons emprunter une pirogue pour traverser le lagon et profiter du reste de l’après midi sur la plage d’en face dans une case ! Chaque paillote possède sa propre embarcation qui est gratuite en consommant sur place. Faites leur simplement un signe, et ils viennent vous chercher!

Nous avons été “chez booba” pour prendre un verre au calme. C’est icique nous avons pris notre premier cours de surf pour 20000 FCFA (soit 30€) pour deux, matériels compris, le tout pour un cours de 1h30 ! L’endroit est idéal pour commencer ce sport. Il y a également la possibilité de louer des paddles ou faire du kitesurf !

Nous avons passé une excellente journée loin du tumulte de la ville dans un cadre paisible et calme. Attention néanmoins à tous les “brocanteurs” (Comme ils sont appelés au Sénégal) qui essaye de vous vendre t-shirt, pareo, sac etc .. déclinez gentiment.

Le soir nous avons diné au restaurant “le virage” (chez Albert) qui propose poissons et viandes à moins de 5€. Le lendemain nous avons choisis de passer la journée dans le Sine Saloum, plus au sud.

L’île de M’Jord et le Sine Saloum

Cette région est vaste et les lieux à découvrir sont nombreux. Depuis M’bour, il est tout à fait possible de faire un aller-retour dans la journée si vous avez posé vos sac à dos dans ce village comme nous!

Pour la première étape, nous nous sommes arrêté au village de N’dangane, point de départ des pirogues. Nous avons choisis une excursion d’environ 2h30 pour observer l’île aux oiseaux et visiter un village sur l’île de M’jord. Le tout pour 30000 CFA (soit 45€) à deux pour la pirogue entière. Plusieurs circuits sont proposés et les prix sont affichés, à vous de choisir!

La balade en pirogue est dépaysante et vous permet de prendre un bol d’air frais.

Nous sommes ensuite descendus sur une île de 150 km2 composé de trois villages. Nous avons visité le village avec un guide local pour une heure environ. C’est une image bien différente des grandes villes du Sénégal qui s’offre à nous. Aucune présence de véhicule motorisé, sans pollution, une image de la vie calme et paisible.

  

Les habitants du village vivent en harmonie liés par trois religions qu’ils célèbrent tous ensemble. Le symbole du village est représenté par trois arbres qui s’entrelacent. Chacun des arbres représentants une religion, symbole de leur union et tolérance. Une belle image qui devrait être prise en exemple.

Il est tout à fait possible de dormir sur l’île si vous le souhaitez chez un habitant.

Apres une matinée bien rempli, nous revenons sur N’dangane où nous avons encore, pour notre plus grand plaisir, dévoré du yassa de lotte.

Sur le retour, notre chauffeur nous a arrêté au baobab géant (le plus grand mais pas le plus vieux). C’est bien “organisé” avec la présentation de l’arbre et le passage “forcé”devant les vendeurs de souvenirs. Pour ma part, ce n’est pas un arrêt obligatoire!

Direction la prochaine étape de la journée, Joal-Fadiouth!

Joal Fadiouth

Et pour le coup celui-ci est vraiment un stop à ne pas louper! La visite de l’île se fait avec un guide pour 5000 CFA (soit 7€) pour 4 personnes à pied. Ou bien pour 11000CFA (soit 16€) en pirogue. Nous avons choisi de le faire à pied.

Vous traversez un pont en bois de 550m de long pour arriver sur l’île aux coquillage qui, elle aussi, est dépourvu de véhicule motorisé et de pollution.

Le blanc du sol donne une âme particulière au village. En marrée basse, les animaux (cochons, chiens, ..) vagabondent librement autour de l’île, ce qui permet de conserver la propreté à l’intérieur du village.

Un second pont en bois vous permet d’accéder au cimetière niché sur une deuxième île de coquillages, classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. Les catholiques et musulmans de l’île sont enterrés ensemble dans ce cimetière.

Le guide vous explique l’histoire du village et son fonctionnement. C’était une interessante découverte à ne pas louper !

Nous avons terminé la journée à M’bour, “chez les jumeaux”, une paillote de plage où nous avons profité du couché du soleil sur l’océan. Vous pouvez également manger local sur place entre 1500 et 3000 CFA (soit entre 2 et 4,5€).

Pour le dîner, nous nous sommes régalés au restaurant “la pirogue” (à l’entrée de Saly en venant de M’bour) tenu par un chef étoilé, Alain. Les prix sont situé entre 4000 et 6000 CFA (soit entre 5 et 9€) .
Le quatrième jour,c’est le départ pour la capitale Dakar.

Dakar et l’ile de Goré

Nous avons décidé de prendre un taxi brousse depuis “Le garage” (gare routière) de M’bour. Le taxi brousse prend la route lorsque il est rempli (environ 7 personnes), et cela va très vite. Nous avons payé 1500F CFA par personne + 500F CFA pour le sac à dos (soit 3€ au total). C’est un prix imbattable pour se rendre à Dakar. En revanche, mieux vaut être accompagné d’un ami pour négocier (qui était notre hôte dans notre cas).

Après un trajet chaotique, nous sommes arrivé à Dakar, qui est, comme on se l’imaginait; encombré, pollué, bruyant, avec son lot de racoleur (faites attention aux arnaques)

Notre auberge qui se situe juste à côté du palais de justice, tenue par Yann, un français, propose des chambres neuves, grandes, et propres. L’emplacement, à proximité de la corniche, est idéal. Nous le recommandons !

Tout près de cet emplacement, à droite de l’auberge, nous avons déjeuné auprès d’une cuisinière qui sortait de ses marmites un délicieux thieb servie dans de grand plat à partager. Ce fut un jolie moment partagé avec les locaux, autour d’un plat très copieux et très bon pour seulement 1200 CFA à deux (soit 1€90)

Nous avons marché 16km l’après midi à la découverte de la ville. Nous avons ensuite décidé de terminer la journée à l’hôtel Radisson. Il possède une magnifique terrasse en bord de falaise, vue sur la mer, où nous avons dégusté une coupe de glace (et pour avoir un peu de wifi !)

Le lendemain, nous nous sommes rendu à l’embarcadère pour nous rendre sur l‘île de Goré afin d’y rester une journée et une nuit. La traversé dure environ 20min (un bateau toute les heures environs) pour 5200CFA (soit 7,5€) l’aller et retour (retour quand vous le souhaitez).

Petite anecdote : en arrivant sur l’île, la chaloupe contourne une grosse bouée qui indique la position d’une épave de bateau qui oblige à la contourner.

L’île est bien conservé, propre, authentique avec une atmosphère paisible et agréable.

En premier lieu, vous devez passez par “l’office de tourisme” pour vous acquitter de la taxe local de 500CFA par personne (soit 1€ mais sont exonérés ceux qui dorment sur place). Nous avons choisi de visiter l’île seul mais vous pouvez prendre un guide pour pas trop cher.

L’île est petite mais les ruelles sont tellement jolies qu’on aime passer plusieurs fois ! La maison des esclaves se visite pour 500CFA par personne, avec les explications très utiles d’un guide sur place. Vous avez également le musée historique sur l’extrémité de l’île (à nouveau 500CFA par personne).

Le restaurant L’amirauté possède un cadre très agréable et une belle terrasse ombragé face à la mer. Les plats locaux se situent entre 3500 et 8000CFA (soit entre 5€ et 12€). Nous y sommes même retourné en fin d’après-midi pour boire un verre, tellement le cadre est appréciable!

Nous avons loué une chambre “chez eric”, une superbe demeure avec une cour intérieure ou il fait bon se détendre. Les chambres sont bien décorées et propres. Le petit-déjeuné est servis sur la terrasse de l’étage et le personnel est très accueillant ! Le soir nous avons dîner au restaurant “le thiof” face à l’embarcadère ou nous avons dégusté un succulent poulet yassa pour 3500CFA (5€).

Nous avons pris la chaloupe de 10h30 le lendemain matin, pour rejoindre notre dernier hotel à Dakar, le quiksilver camp surf, au nord de la ville, (quartier ngor). C’est ici que se trouve les écoles de surf et les restaurants en bord de mer avec de jolies terrasses, où les maisons luxueuses cotoies les rues délabrés.

La crêperie noflaye nous a été recommandé, et effectivement, les crêpes étaient délicieuse, la terrasse en bois bien décoré, et la vue sur l’océan et ses quelques surfeurs parfaite!

Nous avons ensuite pris notre second cours de surf sur la très belle et grande plage de yoff, au niveau BCEAO. Les cours collectifs du malika surf camp sont au prix de 12000CFA par personne (soit 18€). Le temps était mitigé et il y avait beaucoup de courant, mais les monitrices très professionnelles, nous avons eu un immense plaisir à surfer nos premières vagues au Sénégal !

De retour à l’auberge, nous avons fais un break au bord de la piscine, pour déjà nous remémorer nos meilleurs moments de ses vacances.
Pour cette dernière journée au Sénégal, nous avons décidé de nous rendre au lac rose, à 45km de dakar.

Lac rose

Le lac doit sa couleur à des algues qui donnent ce beau reflet rosé.

C’est à l’hôtel “le trazar” que nous avons posé nos valises pour la journée. Il propose une formule interessante à 10000F CFA (15€) par personne comprenant le repas, le transat, ainsi que l’accès direct au lac et à la piscine. Un endroit calme et propice à la détente pour apprécier au maximum nos dernières heures au Sénégal.

Vous pouvez tenter l’expérience unique de vous baigner dans le lac qui contient 3 fois plus de sel que dans la mer. Il est possible également de faire un tour en pirogue ou en quad autour du lac.

Pour les trajets, nous avons négocié un taxi pour combiner le circuit suivant : Dakar – lac rose / lac rose – aéroport pour 35000F CFA le tout (53€). Sachant que le taxi depuis Dakar prend un minimum de 20000F CFA (30€) pour un trajet unique jusqu’à l’aéroport.

Vous avez aussi la possibilité de prendre le bus Dakar-aéroport à 6000F CFA (9€) par personne mais il n’y a que 2 navettes par jours! Attention aux bouchons de la capitale, prévoyez une marge suffisante pour arriver à l’heure!

Et c’est ainsi que notre petit road trip au Sénégal se termine .. nous rentrons enrichis de ce voyage, des souvenirs en pagailles.

Nous reviendrons sans hésiter !

Résumé

Ce que nous avons aimé :
Il est très facile de parler avec tout le monde, les gens sont très ouvert !
On mange très bien au Sénégal et pour peu cher !
On fait des rencontres qu’on oublie pas !

Ce que nous avons moins aimé :
Les racoleurs, un peu trop insistant parfois,
mais surtout la pollution, les déchets qui envahissent les bords de plage et les terres.

Infos utiles :

-Tout le monde vous serre la main pour dire bonjour (pas de bise!) accompagné d’un “ça va ?”
-Les deux symbole du Sénégal sont le lion et le baobab
-Le salaire moyen est de 90euros par mois et par personne
-Tout se négocie au Sénégal.
-Les taxis n’ont pas de compteur donc il faut négocier le prix à l’avance!
-Boire uniquement de l’eau en bouteille scellée!
-Ne pas garder tout son argent au même endroit, pour ne pas avoir à sortir trop d’argent lors d’un achat. Ou bien même en cas d’agression, gardez séparément un peu d’argent à donner sans devoir céder tout votre budget vacance!
-Les touristes sont appelés les “toubabs” et les Français qui habite au Sénégal les “Sénégaulois“.
-Un taxi prend en moyenne 20000CFA pour le trajet aéroport-dakar. (50km)
-Il est possible de manger pour 600CFA (1euros) par personne un copieux thief local.
-La plupart des hôtels/auberges ont un wifi qui fonctionne plutôt bien.
-Les coupures d’électricité sont courante au Sénégal mais la plupart des hôtels/restaurants possèdent un groupe électrogène pour pallier à ces pannes.

J’espère que ce petit récit de notre road trip vous aura donné envie d’y aller et que cela pourra vous être utile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code